top of page

Le chant des oiseaux

Dans la culture Wendake, une des Premières Nations*, il y a une légende qui explique aux enfants l’origine du chant des oiseaux. Et comme chaque récit, il cache aussi une leçon de morale, ici, celle de ne pas tricher, sinon on se retrouve seul.


Au début du monde, les oiseaux n’avaient pas de chant et le monde était silencieux. Le Créateur qui chantonnait se dit alors qu’il devait partager ce savoir avec les oiseaux, leur donner ce don. Alors il réunit tous les oiseaux et organisa un jeu. À chaque hauteur du ciel se trouverait un chant et tout en haut se trouverait alors le plus beau des chants.


Chaque oiseau se prépare alors, désirant avoir un beau chant. Parmi eux, le petit bruant, il savait qu’il n’arriverait jamais aussi haut, surtout face à l’aigle, à l’oie ou au vautour. Alors il décida de ruser. Avant le départ de la course, il se cacha dans les plumes de l’aigle, sur son dos.


Le jeu commença et petit à petit des oiseaux, fatigués et ne pouvant monter plus haut, redescendaient sur la terre ferme se reposer et alors ils découvraient leurs chants. Le petit chevalier, le pigeon, la cigogne, le cormoran, le macareux… Tous redescendaient, puis vint le tour de l’oie, de la grue et enfin le dernier qui restait tout en haut, l’aigle. Mais au moment où l’aigle allait commencer à descendre, le petit bruant se dévoila et sauta depuis le dos de l’aigle pour voler encore plus haut !

L’aigle lui adressa un regard plein de colère, il savait que petit bruant avait triché.


Le petit oiseau s’envola encore plus haut et il découvrit une trappe dans le ciel, il y passa et découvrit là le plus beau des chants. Heureux, il redescendit sur terre. Mais lors de son voyage de retour, il fut frappé par un sentiment qu’il ne connaissait pas encore, il avait honte. Il avait obtenu le plus beau des chants en trichant.

Aussi, pour ne pas affronter sa faute et le regard des autres, il se cacha tout de suite à son retour, dans la forêt. Et c’est depuis lors qu’on peut entendre le beau chant du petit bruant mais jamais l’apercevoir, il se cache toujours car il a honte d’avoir triché.





Il existe d’autres histoire comme celle-ci qui se transmettent à travers les générations, si vous en avez l’occasion, allez rencontrer les Premières Nations, ils seront heureux de partager leurs histoires et de vous faire découvrir leur culture, on a beaucoup à apprendre des autres.




*Situé à Quebec, Canada. Aussi appelé Hurons-Wendake. Hurons étant le nom donné par les français lors de la colonisation.

Article récent:
 SEARCH BY TAGS: 
bottom of page